Le PS s’indigne: Namur favorable à l’abolition du secret professionnel des travailleurs sociaux ! Retour à la liste

Le PS s’indigne: Namur favorable à l’abolition du secret professionnel des travailleurs sociaux !

Au Conseil communal et au Conseil de l’Action sociale, le PS namurois a déposé une motion visant à préserver l’indispensable secret professionnel des travailleurs sociaux. Cette motion du Groupe PS fait suite à l'examen actuel au Parlement fédéral d'une proposition de loi de la N-VA imposant aux travailleurs sociaux de signaler de manière proactive aux autorités judiciaires toute information « digne de constituer des indices sérieux d’une infraction terroriste ».

Cette proposition de loi modifie le Code d’instruction criminelle et ouvre la porte à la levée du secret professionnel. Rappelons que le secret professionnel est un élément fondamental de l’équilibre entre les citoyens et l’Etat et que d’autres professions sont d’ailleurs protégées par le secret professionnel : les journalistes, les médecins, les avocats ou encore les prêtres. Pourquoi cibler uniquement les travailleurs sociaux ? N’est-ce qu’un début pour ensuite étendre cette loi à l’ensemble des professions ? Il faut le craindre!

Les cérémonies d’hommage aux victimes des attentats du 22 mars ont été l’occasion de rappeler que ces attentats ont pour objectif de semer la terreur et de diviser la société. Cette proposition de loi est une dérive totalitaire et populiste qui porte atteinte à la fois à la fonction de travailleur social et aux allocataires sociaux en laissant entendre qu’ils sont le terreau du terrorisme. Ce  prétexte de lutte contre le terrorisme vise en réalité à stigmatiser les allocataires sociaux et jette le discrédit sur la profession de travailleur social.

Cette proposition de la N-VA, portée par le Gouvernement fédéral et soutenue par le CDH, est rejetée en bloc par de nombreuses associations connues et reconnues s’insurgeant en  front commun : les Fédérations des CPAS, les Ligues des Droits de l’Homme, la FGTB, la CSC, Solidaris, le MOC, l’association des psychologues praticiens d’orientation psychanalytique, des recteurs et professeurs universitaires, la fédération wallonne des assistants sociaux de CPAS, la fédération wallonne des Directeurs généraux des CPAS,  les réseaux de lutte contre la pauvreté, des écoles sociales, le comité de vigilance du travail social, etc.

Les assistants sociaux eux-mêmes ont dénoncé cette dérive : « pas des flics ! », ni « des collabos » ou « des balances ». Le Groupe PS affirme que cette modification de la loi est inutile dès lors que les travailleurs sociaux ont déjà la capacité de lever ce secret en cas de danger imminent pour un tiers. Eux aussi sont concernés par la non-assistance à personne en danger et, dans des cas particuliers, signalent les informations à leur disposition. Confrontés à des informations laissant penser  qu’un attentat est en préparation, ils sont déjà tenus par la loi actuelle de le dénoncer.

En ne s'opposant pas à cette dérive du Gouvernement MR-NVA de Charles Michel, la majorité communale succombe aux sirènes du populisme, met en danger la démocratie et charge les travailleurs sociaux  d’une « responsabilité/culpabilité » qui n’est pas leur métier!

Le PS Namur réitère toute sa confiance et son soutien aux travailleurs sociaux dans leur indignation face à ce projet de loi qui porte atteinte à la fonction : le travail des assistants sociaux repose essentiellement sur l’établissement d’une relation de confiance avec les usagers. Le secret professionnel est un ciment inconditionnel à la mise en place de cette relation de confiance indispensable.  Non à la stigmatisation des bénéficiaires des CPAS! Non à l'atteinte de la nature du travail social!

Le Groupe PS Namur

La motion déposée par le PS