Voeux 2018 ... mes souhaits pour Namur! Retour à la liste

Voeux 2018 ... mes souhaits pour Namur!

Chères amies, chers amis, cher vous tous,

 

C’est avec un énorme plaisir, à deux pas (ou deux pelles plutôt) du Grognon que je vous souhaite une merveilleuse nouvelle année à bord de ce bateau.

 

La Cuisine du BelRivE, c'est Agnès, Gianni et une équipe de 5 personnes. Ouverts depuis mai 2016, le bateau accueille des groupes jusqu'à 100 personnes pour toutes sortes d'événements professionnels et privés à la carte.  

 

La Cuisine du BelRivE, c'est aussi une péniche restaurant, qui offre aux Namurois d'un jour ou de toujours la possibilité de manger sur la Meuse. Il y est proposé un service complet, une restauration raffinée et un panorama imprenable. La carte issue de la pensée bistronomique des assiettes à partager, est composée de produits de qualité des terroirs du monde.

 

Pour vous rendre à notre rendez-vous sur cette péniche, vous avez certainement pu apercevoir au passage les travaux sur le quai pour la passerelle ou les grues et engins de chantier sur le Grognon.

 

Dans le courant de 2018, d’autres travaux vont commencer pour la construction du téléphérique. Un projet riquiqui pour un coût qui est, lui, … maxi ! Dans l’attribution du marché, ce projet a reçu une cote de 38% mais il est retenu par la majorité. Un projet pour les touristes et financé par le portefeuille des Namurois pendant 30 ans !

 

Ce dossier du téléphérique symbolise finalement la politique menée par la majorité CDh – MR – Ecolo : de la frime, des montages financiers, du bling-bling !

 

Je sais qu’on dit que « les Namurwès sont lents ». Mais, pour 2018, je formule le vœu que la majorité communale cesse les « trois pas en avant, deux pas en arrière. » Des coups d’annonce, des coups de com, puis, face à la réalité, la majorité se rend compte qu’il lui faut revoir sa copie. Les exemples sont malheureusement nombreux : le marché déplacé le dimanche, la taxe sur les surfaces de bureaux, le centre commercial, le tracé du téléphérique, le port numérique du Grognon…

 

Apprendre à écouter les citoyens, leurs envies et leurs besoins, sera, je l’espère, la bonne résolution de la majorité communale pour cette année nouvelle.

 

2018 est là, devant nous, avec son lot de projets, d’idées, d’envies, de bonnes résolutions.

 

Il faut dire que 2018 est une année spéciale car c’est l’année… Vous le savez tous ! Beaucoup n’ont que ça en tête ! En parlent tout le temps… Font des pronostics ! Des plans tactiques…

 

Vous m’avez compris, 2018 est bien l’année de… la coupe du monde de football.

 

Mais 2018 est aussi, plus sérieusement, une année importante pour l’élu et le citoyen car c’est l’année de leur rencontre.

 

Nous vivrons cette année les élections communales et provinciales.

Aux candidats qui se présenteront,

aux militants qui l’animeront,

aux citoyens qui s’exprimeront,

je souhaite que ces élections soient le moment d’échanges, de débats, de défense de projets et d’idées pour faire en sorte que

Namur soit plus belle, plus agréable à vivre,

Namur soit plus attachante encore,

Namur soit une fierté pour les Namurois.

 

Avec les réseaux sociaux, on a tendance à croire que lorsque le débat concerne la politique, il est souvent triste et haineux.

C’est malheureusement parfois vrai !

 

Pourtant, quand on demande aux citoyens ce qu’ils attendent de leur commune, là, les propositions, positives, constructives, sont au rendez-vous.

 

J’en veux pour preuve la consultation menée via la plateforme participative « Namur au futur » initiée par, nous, le PS namurois, et dont les propositions les plus appréciées seront intégrées dans notre programme électoral.

 

En 2 mois, plus de 700 personnes ont suivi la page Facebook de Namur au Futur et 359 projets ont été déposés, concernant, par exemple, la mobilité, la cohésion sociale, la propreté, ou encore l’emploi.

 

Les Namurois ont fait preuve de créativité et portent un intérêt indéniable pour le futur de leur ville, pour le débat politique.

 

Notre volonté est claire au PS namurois : faire participer le citoyen aux décisions politiques et laisser libre cours à son imagination, faire confiance en sa capacité d’innover et d’apporter des réponses équilibrées aux attentes et besoins. C’est ça, pour nous, la définition même de la véritable démocratie !

 

Notre volonté est que notre projet politique, tel que détaillé dans notre programme électoral, soit alimenté par les propositions concrètes de toutes les personnes qui vivent Namur au quotidien. Une ville intelligente doit aussi être collaborative : inciter les citoyens à participer permet de faire en sorte qu’ils se sentent inclus dans la vie de leur ville.

 

Les décisions sont meilleures et la démocratie s’en trouve renforcée.

 

Pour les femmes et hommes politiques, celles et ceux qui ne souhaitent que mieux représenter encore les préoccupations citoyennes, c’est un motif de réconfort, voire de joie ! 2018 et plus particulièrement son mois d’octobre sera donc pour nous, ce moment approfondi « d’échange(s) » démocratique(s).

 

2018, je l’espère positif, constructif, comme les propositions de « Namur au futur ».

 

2018, je le souhaite éloigné des petites préoccupations personnelles ou calculs égotiques…

 

2018, je l’envisage axé sur la vie quotidienne, orienté vers des solutions concrètes, porté sur l’homme et son environnement, prenant encrage sur une ville, ses quartiers et ses villages.

 

Je me souviens de cette magnifique phrase que Yourcenar prête à Hadrien, dans ses mémoires :

 

« Construire, c’est collaborer avec la terre, c’est mettre une marque humaine sur un paysage qui en sera modifié à jamais ; c’est contribuer à ce lent changement qui est la vie des villes »

 

Construisons ensemble un futur meilleur !

 

A toutes et à tous,  

 

Bonne année 2018 !