Cellules de reconversion Caterpillar: réponse aux questions parlementaires Retour à la liste

Cellules de reconversion Caterpillar: réponse aux questions parlementaires
Suite à la fermeture de l’usine Caterpillar à Gosselies et au licenciement collectif du personnel, les représentants des travailleurs ont sollicité la mise en place d’une cellule de reconversion en application du décret du 29 janvier 2004.
 
J'ai adressé au Ministre Peeters un courrier approuvant les mesures d’accompagnement proposées par l’entreprise Caterpillar après négociation avec les organisations syndicales. Elles seront officialisées par la mise en place d’une cellule de reconversion assimilée à une cellule pour l’emploi.
 
La mise en œuvre de cette cellule a été organisée par les services du Forem en collaboration avec les représentants des travailleurs et de l’employeur. La cellule de reconversion débute ses activités dès cette première semaine de mai et accueille les travailleurs licenciés issus tant de l’entreprise Caterpillar que de chez les sous-traitants de celle-ci.  
Les travailleurs licenciés seront accueillis sur trois sites en fonction de leurdomicile : Châtelineau, La Louvière et Namur.
 
Anticipativement, depuis ce 18 avril, sur le site de Caterpillar, des épreuves de validation de compétences sont organisées à la demande des organisations syndicales, sensibilisées par la coordination syndicale des cellules de reconversion, mais aussi de la direction locale. Les formateurs de chez Caterpillar ont activement collaboré à la préparation de ces épreuves. Un ou plusieurs Titres de compétences, en fonction du profil des travailleurs, seront délivrés à ceux qui réussiront ces épreuves de validation. 
 
Le 15 mars, deux pistes permanentes d’évaluation ont été installées sur le site Caterpillar de Gosselies pour les épreuves de caristes. Afin de tester le processus, le lundi 20 mars dernier, 5 travailleurs ont passé avec succès la validation de leurs compétences de conducteurs de chariots élévateurs. 
 
Entre 300 et 400 travailleurs se sont pré-inscrits pour les épreuves de validation de leurs compétences de conducteurs de chariot élévateur frontal et/ou de tuteursen entreprise. 
 
Depuis le 3 avril dernier, à Gosselies, des séances de guidance pour ces deux titres de compétences prioritaires ont été planifiées pour confirmer les pré-inscriptions ou orienter les candidats vers un processus de formation et/ou de renforcement, également pris en charge par Caterpillar.
 
Dès le 18 avril, à 06h42, les validations sur site Caterpillar ont commencé à raison de 16 travailleurs par journée pour les épreuves de caristes et de 4 par jour pour les épreuves de Tuteurs. Ces sessions devraient être clôturées pour le 20 maiprochain. La programmation a été réalisée compte tenu des licenciements progressifs des travailleurs.
 
En date du 26 avril 2017, 141 épreuves de Conducteur de chariot élévateur ont été organisées et 128 Titres de compétence délivrés. 30 épreuves de Tuteur en entreprise ont été organisées et 29 titres délivrés.
 
Des remédiations sont mises en œuvre à très court terme par Caterpillar pour renforcer la maîtrise de certaines compétences pour les travailleurs qui n’auraient pas obtenu la certification professionnelle.
 
La préparation de la seconde phase est en cours de réalisation. Les Peintres industriels pourront valider leurs compétences à partir de la seconde quinzaine de mai. Les métiers des Industries technologiques donneront ultérieurement lieu à des épreuves de validation dans les Centres Technocampuset de l’Enseignement de promotion sociale de Sambreville.
 
De plus, afin de favoriser la reconversion la plus rapide possible des travailleurs prochainement licenciés, le Foremtransmet, depuis le 4 avril 2017, à l’entreprise Caterpillar les offres d'emploi qui pourraient convenir aux profils des travailleurs concernés. Concrètement, le Forem envoie quotidiennement les offres d'emploi par email à un contact de référence chez Caterpillar, qui en assure le dispatching et l'affichage dans les différentes divisions de l'entreprise.  Cette diffusion d’offres d’emploi est également assortie d'une communication par email principalement pour les employés et cadres.  Les travailleurs ont également à leur disposition un mini-guide leur expliquant comment consulter les offres d'emploi sur le site internet du Forem.
 
Divers éléments sont à souligner : 
- Le Forem a reçu la liste des fonctions ouvriers/employés/cadres ainsi que les descriptifs de fonction.  Il a ainsi pu établir la liste des correspondancesentre les intitulés des fonctions exercées chez Caterpillar et les postespour lesquels les entreprises wallonnessont en recherche de candidats.
 
- La démarche a fait l'objet d'une concertation sociale au sein de l'entreprise et se fait sur une base volontaire des travailleurs.  Il s'agit d'une opportunité supplémentaire qui leur est proposée.  Il n'y a pas d'obligation de postuler.
 
- Le Forem diffuse, depuis le 4 avril dernier, vers les travailleurs de Caterpillar ces offres d’emploi qui sont toutefois également transmises à d'autres demandeurs d'emploi.
 
- Le Forem se montre proactif et invite largement les entreprises recruteuses à lui confier la gestion de leurs offres d'emploi.
 
Au 7 avril, quelque 300  offres d'emploi avaient déjà été transmises pour affichage chez Caterpillar.  La démarche sera maintenue jusqu'à la fin des licenciements, en tenant compte de la progressivité des départs par types de fonctions.
 
En matière budgétaire, le Gouvernement a, dès l’annonce de l’intention de fermeture de l’entreprise Caterpillar à Gosselies, prévu les moyens permettant de faire face aux conséquences de cette fermeture. Un budget de 4 millions d’euros a été inscrit au budget 2017 pour la mise en œuvre des mesures d’accompagnement. Ces moyens seront mis à la disposition du Forem pour la cellule de reconversion Caterpillar. Ils seront en outre complétés par un financement supplémentaire du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) qui viendra renforcer l’offre de la cellule de reconversion: formations spécifiques personnalisées, soutien à la reprise d’études, prime à l’emploi distant, soutien et accompagnement à la création d’activités individuelles et collectives. 
Des contacts réguliers sont pris avec la Commission européenne pour la préparation de la demande d’intervention du Fonds, qui sera introduite dès que le seuil de 500 licenciements effectifs requis sera atteint.