Réactions négatives des acteurs de l’enseignement supérieur face à la prime de 1000 euros pour les étudiants qui kottent loin de leur domicile Retour à la liste

Question parlementaire d'Eliane Tillieux au Ministre Marcourt :

 

Monsieur le Ministre,

 

Le gouvernement wallon a décidé d’instaurer un soutien de 1 000 euros par an aux étudiants wallons qui kottent loin de chez eux. Cette mesure est discutable à plus d’un titre. Tout d’abord, elle est forfaitaire et ne prend pas en compte les revenus des ménages. Ensuite, le critère d’éligibilité, à savoir d’habiter à une heure de voiture de l’établissement, est également problématique, notamment pour ceux qui utilisent les transports en commun.

Surtout, cette prime ne concerne que les étudiants wallons qui resteront étudier en Wallonie, pas ceux qui choisiront de poursuivre leurs études à Bruxelles ou les Bruxellois souhaitant étudier en Wallonie ! Cette mesure constitue donc une véritable rupture d’égalité entre les étudiants francophones. Aussi, elle pourrait limiter la liberté de choix de l’établissement dans lequel un étudiant souhaiterait étudier.

Pour toutes ces raisons, cette mesure suscite des réactions négatives, tant dans les fédérations étudiantes que dans le monde universitaire et politique.

Monsieur le Ministre,

Quel est votre regard sur cette mesure, notamment en ce qui concerne la rupture d’égalité entre les étudiants ? Avez-vous reçu l’avis formel des fédérations étudiantes et des recteurs des hautes écoles et universités à ce sujet ? Y a-t-il eu une concertation avec les Ministres de la FWB concernés ?

Je vous remercie pour vos réponses.