Egalité Hommes-Femmes

Cinq axes de travail prioritaires :

 

• Imposer un.e Ministre des droits des femmes et un gouvernement paritaire

 

• Réaliser un « plan égalité » concerté, notamment avec les associations de terrain, rassemblant l’Etat fédéral, les Communautés et les Régions

 

• Augmenter le nombre de places d’accueil pour victimes de violences, en particulier pour les femmes

 

• Mettre en œuvre un plan interfédéral de lutte contre le racisme

 

• Soutenir structurellement les associations actives dans la défense et l’accompagnement des personnes LGBTQI+

L’égalité des chances, l’égalité entre les femmes et les hommes et le combat pour les droits des femmes ont toujours été au cœur des engagements du PS, de ses élu.e.s et de ses militant.e.s.

 

Par-delà les mesures spécifiques destinées à agir directement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, le PS propose une série de mesures ambitieuses en matière d’égalité qui influencent positivement la situation des femmes : individualisation des droits sociaux, bonus social généralisé, augmentation des allocations au minimum au seuil de pauvreté, automaticité des droits sociaux…

 

Dans différents domaines (santé, emploi, gouvernance, etc.), le PS s’engage à prendre des mesures ciblées visant à renforcer les droits des femmes dans une société que nous souhaitons la plus progressiste possible, la plus féministe88 et égalitaire possible.

 

Aujourd’hui, les stéréotypes sont encore légions.

 

Les femmes effectuent, par semaine, 12 heures de plus que les hommes aux tâches familiales diverses, à situation professionnelle et privée identique (temps plein avec deux enfants).

 

Elles ont 6 heures de loisir en moins chaque semaine.

 

Elles sont moins présentes dans les hautes fonctions publiques et privées.

 

C’est notamment une raison pour laquelle le PS est favorable aux quotas, non sur le principe mais au regard de la réalité de terrain.

 

Afin de renforcer l’égalité entre les femmes et les hommes à tous les étages de prise de décision et d’améliorer les droits des femmes dans tous les aspects de politique et de gouvernance, dans toutes les institutions belges, à l’échelon fédéral comme aux échelons fédérés, le PS s’engage fermement et prioritairement à :

 

• Nommer un.e ministre de l’égalité entre les femmes et les hommes. Il/elle sera nommé.e à tous les niveaux de pouvoir et dans tous les gouvernements ;

 

• Obtenir la parité au sein de tous les gouvernements du pays. Le PS plaide pour inscrire cette parité dans la Constitution et les lois afin qu’elles s’imposent à tous les gouvernements et ne résultent pas que d’une simple bonne volonté ;

 

• Inscrire dans les textes réglementaires cette même obligation de parité entre les femmes et les hommes au sein des collèges provinciaux et communaux ;

 

• Obtenir la parité pour les fonctions dirigeantes des organismes d’intérêt public et autres organismes parastataux, régionaux, communautaires, provinciaux et communaux ;

 

• Instaurer une conférence interministérielle (CIM) consacrée à la question des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes ;

 

• Réaliser un « plan égalité » concerté, notamment avec les associations de terrain, rassemblant l’Etat fédéral, les Communautés et les Régions. Après l’évaluation des plans actuels, ce plan interfédéral sera décliné à chaque niveau de pouvoir et reprendra des mesures identifiées dans chacune des compétences du niveau en question ;

 

• Inscrire les travaux de chaque Gouvernement en matière d’égalité dans une logique participative, intégrant les acteurs et actrices de terrain : associations, collectifs et mouvements, universités. A cette fin, le projet Alter Egales, lancé par la Ministre Isabelle Simonis, sera pérennisé ;

 

• Appliquer, dans les niveaux de pouvoir où c’est encore nécessaire et matériellement possible, et respecter, là où c’est déjà prévu, le principe de gendermainstreaming (genderbudgeting compris). Le gendermainstreaming vise l’obligation pour les gouvernements de vérifier et analyser l’impact sur l’égalité des femmes et des hommes de toutes les mesures qu’ils sont amenés à prendre. Il s’agit d’évaluer les méthodes actuelles et d’en combler les lacunes afin d’en arriver à un outil plus efficace ;

 

• Systématiser la collecte et la présentation de données statistiques par sexe. Dans tous les domaines, le PS s’engage à mettre en œuvre les outils qui doivent permettre de disposer de chiffres fiables pour guider l’action publique. Ces données statistiques feront l’objet d’une visibilité renforcée ;

 

• Garantir l’indépendance et assurer les moyens nécessaires aux missions des différents organes consultatifs existants en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.