17 mai : Journée internationale contre l’Homophobie et la Transphobie



Le 17 mai est la Journée internationale contre l’Homophobie et la Transphobie. À l’occasion de cette journée, à l’initiative de la Chambre et du Sénat et en collaboration avec la Ville de Bruxelles, le passage piéton entre le Palais de la Nation et le Parc de Bruxelles est repeint pour la première fois aux couleurs de l’arc-en-ciel.


Depuis ce dimanche, des drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel sont accrochés aux façades des présidences de la Chambre et du Sénat. La façade du Palais de la Nation a quant à elle déjà été éclairée aux couleurs de l’arc-en-ciel hier après le coucher du soleil et le sera encore ce soir et cette nuit.

Ce midi, les Présidentes de la Chambre et du Sénat, le Premier ministre et le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles ont inauguré ensemble le passage piéton repeint aux couleurs de l’arc-en-ciel.


Par cette action symbolique, les deux assemblées du Parlement fédéral, le gouvernement fédéral et la Ville de Bruxelles donnent un signal fort pour s’engager fermement dans la lutte contre toute forme de violence, de haine ou de discrimination envers la communauté LGBTQI+. Chacun.e doit pouvoir vivre son orientation sexuelle sans craindre pour son intégrité. Chacun.e doit pouvoir être soi-même.


Eliane Tillieux, Présidente de la Chambre :


« Depuis toujours, la lutte contre toutes les discriminations est ma priorité. Par ces initiatives aux couleurs de l'arc-en-ciel aussi symboliques qu'inédites dans l'Histoire de notre Institution, nous montrons notre ferme volonté de défendre les droits des personnes LGBTQI+. C'est dans le travail parlementaire mais aussi de manière très visible dans l'espace public. Il n'y pas de place pour la haine dans notre société et la date du 17 mai, Journée Internationale contre l’Homophobie et la Transphobie, est l'occasion pour le Parlement fédéral de montrer une nouvelle fois tout son soutien à une société égalitaire sans distinction d'orientation sexuelle ou d'identité de genre ».


Stephanie D’Hose, Présidente du Sénat:


« Si la Belgique est, à une exception près, le pays le plus égalitaire sur le plan des droits de la communauté arc-en-ciel, des récits de victimes de discriminations continuent à nous parvenir quotidiennement. L’intimidation et la violence, tant dans la rue qu’en ligne, sont toujours d’actualité. Je suis fière que nos parlements et nos gouvernements continuent à mener la lutte pour l’égalité des chances. Ma propre résolution en faveur de la possibilité de porter plainte anonymement après des faits de violence LGBTQI+-phobe a été adoptée récemment par le Sénat, et la déclaration que nous effectuons aujourd’hui contribuent à faire en sorte que chacun dans notre pays se sente chez soi – indépendamment de l’amour que l’on éprouve pour une autre personne. Nous sommes le premier parlement national au monde à se parer entièrement des couleurs de l’arc-en-ciel et à ne laisser planer aucun doute quant au fait qu’en Belgique, chacun est libre d’être soi-même. »


Alexander De Croo, Premier ministre :


« Que ce passage piéton repeint aux couleurs de l’arc-en-ciel, en plein cœur politique de la Belgique, soit un signal clair : l'homophobie n'a pas sa place dans notre pays. Ni la discrimination, ni l'intimidation, ni l'exclusion. Dans notre pays, chacun a le droit d’être soi-même. Ici, vous avez la liberté d'être vous-même et d'aimer qui vous voulez aimer. Nous devons chaque jour nous battre pour cette liberté et pas seulement le 17 mai. C'est un combat contre l'injustice et surtout un combat pour l'amour. Et l'amour gagne toujours ! »


Philippe Close, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles :


« Avec cette action symbolique, la volonté de la Ville de Bruxelles est de célébrer la diversité et de sensibiliser aux droits humains des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées et (LGBTI+). Mais également de mettre au centre de nos institutions cette problématique qui existe malheureusement encore. En cette journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, nous faisons à l’unisson entendre la voix de nos institutions et réaffirmons ainsi notre soutien à la dignité de toutes et tous. »