APE : des emplois utiles à tous

Mis à jour : 19 avr. 2019


Pour rappel, les emplois APE (pour aides à la promotion de l’emploi) sont des subsides octroyés aux employeurs du secteur non-marchand (socio-culturel, santé, action sociale, pouvoirs locaux, éducation et recherche...) situés en Wallonie et qui engagent un demandeur d’emploi.

Le montant de ces subsides est déterminé en nombre de « points ». Ces points sont attribués selon la durée d'inscription du demandeur d'emploi et de son niveau d'études.


Cette mesure à fait les preuves d’un indéniable succès : elle permet à des demandeurs d’emploi de retrouver un véritable emploi et au secteur socio-culturel de développer des initiatives au bénéfice de tous.


Avec 42.137 équivalents temps plein pour 612 pouvoirs locaux et 3.477 employeurs du non-marchand, le système des APE est même le plus gros créateur d’emplois en Wallonie.

C’est cette véritable dynamique sociale et culturelle que le gouvernement MR-CDH a voulu casser.


Tous ce qui fait l’entraide, l’aide aux personnes, la vie culturelle, la vie universitaire ou encore l’aide sociale ou l’action des communes.


Une volonté de casser qui a rencontré un véritable bouclier de tous ces acteurs qui ont réussit à faire entendre une voix commune malgré leurs nombreuses différences.



Plus grave encore, devant l’échec des explications économiques et du contresens social largement exposé dans la presse par ce gouvernement MR-CDH, rien n’aura été épargné aux travailleurs concernés.


Des accusations graves d’opacité, ont alors été avancées mais nous avons appris dans la foulée que la disparition des APE entraînerait le transfert du montant des aides vers les ministres en Wallonie et en Fédération Wallonie Bruxelles. La réforme APE était donc censée augmenter le "fait du prince" dénoncé par le Ministre Jeholet qui n’en est pas à une contradiction grave près.


Dans le projet de ce réforme « Le Ministre peut changer à son gré l’affectation de son budget en regard de ses priorités, au détriment de la pérennité du projet des associations et de la stabilité des travailleurs qu’elles ont engagés ».


Il a fallu des mobilisations exemplaires et la révélation de querelles internes au sein du MR pour finalement bloquer cette mauvaise réforme au Parlement Wallon.



Le dossier des APE aura été en attendant un révélateur clair de la différence entre les politiques d’emplois concertées notamment par le PS d'une part et d'autre part la casse sociale provoquée par le MR.


A chacun de s’en souvenir le 26 mai…