Extension du piétonnier à Namur : oui mais

Dernière mise à jour : 27 févr.



L’extension du piétonnier de Namur est une nécessité et figurait d'ailleurs parmi les propositions de notre programme électoral. Pourtant, même si nous saluons le travail effectué par la majorité au sujet de l’avenir de la corbeille, non seulement sa concrétisation et son impact sur le terrain semblent totalement absents de la réflexion, mais de nombreuses questions restent sans réponse.


Tout d’abord, nous avons un projet de piétonnier dont la communication est bien ficelée mais où il est difficile d’entrer dans le concret.


Beaucoup de propositions ne tiennent pas compte des chantiers en cours. Le projet nie les difficultés liées au manque de parking, ainsi qu'à l'inaccessibilité pour les habitants, les commerçants et les étudiants (qui font vivre notre centre-ville) et pour les usagers des écoles et des crèches. En effet, le Collège communal présente la réalisation du parking place du Palais de Justice et la potentielle réalisation de l’esplanade devant la gare comme des solutions mais rien n’est encore concret.


Le Collège annonce également la suppression du parking GIFAR - où il sera utile de ne pas en faire un chancre urbain, comme l’est devenu le chantier toujours béant de l’Eldorado – sans en exprimer une nouvelle utilité.


Et, en matière d’accès pour les PMR et les aînés, le Collège s’exprime sur de potentielles navettes de bus électriques sans l’assurer…


Autant de questions restées sans réponse.


Par ailleurs, aucun budget n’a été communiqué. On nous parle de l’Esplanade de la gare, du parking Place du palais de justice, mais ce sont des chantiers avec des budgets indépendants de l’aménagement du piétonnier ! Où est le budget propre à l’extension du piétonnier et à son aménagement ?


En matière d’aménagement encore, comment les espaces naturels vont-ils s’intégrer dans le piétonnier ? Il ne suffira pas de construire un amas de béton sur un parc vert et un espace vert sur un ancien amas de béton pour rendre le piétonnier attrayant du point de vue de son patrimoine naturel.


Ensuite, ce grand chantier impactera l’ensemble de Namur, et pas uniquement son centre-ville, il doit donc être phasé et concrétisé en concertation avec les acteurs locaux. Nous devons proposer aux Namuroises et Namurois un piétonnier qui ne soit pas seulement un outil pour permettre aux piétons de se déplacer de manière agréable et en sécurité : il doit être un outil de dynamisation sociale, économique et touristique.


Un mot sur la participation citoyenne aussi. Celle dont il est fait état par le Collège apparait ici plus comme un outil de communication bien organisé qu'une véritable participation citoyenne… Sur quels critères ont été choisies les 40 personnes parmi les 100 qui se sont proposées ? On nous rapporte 8 réunions d’atelier, dont deux avec une projection Youtube, et le reste semble tellement orienté que les conditions n’étaient certainement pas idéales pour laisser réellement place à l’expression citoyenne…


Enfin, à un moment où nous sortons lentement de la crise sanitaire, imposer à la population un changement d’usage du centre-ville apparait radical alors que beaucoup ont déjà été obligés de modifier de manière importante leur mode de déplacement l ne faudrait pas penser que le compromis initial suffira en soi à porter le piétonnier à son terme comme un succès abouti.


En conclusion de mon interpellation, je réitère mon inquiétude sur la concrétisation du projet et son impact sur le terrain. Il nécessite un grand débat public qui intègre l’ensemble des acteurs. Je réinsiste donc sur la mise en place d’un comité d’accompagnement soutenu par une concertation avec les acteurs locaux.


Vous pouvez relire l'article de la Meuse Namur écrit à ce sujet ici.