L'Armistice, pour entretenir la flamme de la mémoire



En Belgique, en France, en Grande-Bretagne et un peu partout dans le monde, on célèbre aujourd’hui comme chaque année l’Armistice, signé le 11 novembre 1918, et la fin de la Première Guerre mondiale. Un conflit qui a durement touché l’Europe et notre pays.


Etant donné la crise sanitaire actuelle, hélas, la Chambre n’accueillera pas cette année d’anciens combattants et d’écoliers, et la cérémonie officielle devant la tombe du Soldat Inconnu se déroulera en cercle très restreint.


Le 11 novembre, nous entretenons non seulement le souvenir des femmes et des hommes tombés durant la Première Guerre mondiale mais aussi durant les autres conflits auxquels la Belgique a pris part.


La guerre, ses atrocités, et l’occupation allemande ont durement touché notre pays, sa population, ses infrastructures et son économie.


Il a fallu prendre congé d'un monde révolu pour en construire un nouveau.


Il est aujourd’hui essentiel, une nouvelle fois, d’entretenir la flamme de la mémoire. De défendre nos libertés, notre société démocratique et notre diversité.


C’est aujourd’hui hélas dans un contexte de crise sanitaire mondiale qu’il nous revient de commémorer notre passé, mais aussi de réfléchir à notre futur. Au monde de demain. Un monde plus juste, plus durable, plus solidaire. Et nous avons toutes et tous notre rôle à jouer.