La solidarité et l’entraide sont des valeurs porteuses de sens pour le vivre-ensemble !



Trop nombreux sont celles et ceux qui quotidiennement s’endorment le ventre vide. Trop nombreux sont celles et ceux qui chaque jour poussent les portes des épiceries sociales pour demander de l’aide pour nourrir leur famille. Trop nombreux sont celles et ceux pour qui le mot vivre est devenu le synonyme de survivre.


La crise sanitaire que nous traversons a encore amplifié cette triste réalité. Le coronavirus, qui progressivement s’estompe mais laisse derrière lui une grave crise économique et sociale. Les files s’allongent pour obtenir une aide alimentaire, un nouveau public ouvre les portes des CPAS. Notre pays comptait 450.000 personnes bénéficiaires de l’aide alimentaire avant le confinement. Aujourd’hui, ce chiffre est estimé à 550.000. C’est une augmentation drastique inédite en si peu de temps.


Namur n’échappe pas à la règle. Plusieurs associations, ASBL ont fait de l’aide alimentaire leur cheval de bataille. C’est le cas notamment de VIVReS. L’association Valorisation Intelligente de Vivres Recoltés et Surplus lutte quotidiennement contre la précarité en s’inscrivant dans une politique de réduction du gaspillage alimentaire et en créant des emplois. Elle fournit des denrées alimentaires sèches et fraiches à plus de 27 associations namuroises d’aides aux plus démunis. VIVReS est un réel atout pour la Ville de Namur. Son travail est essentiel et fait partie des initiatives de solidarité prises dans notre Ville à côté des pouvoirs publics.


Aujourd’hui l’association occupe deux locaux rue de l’Avenir à Saint-Servais. L’entreprise de construction, propriétaire des lieux, a prévu des travaux de démolition et de transformation du bâtiment en plusieurs phases. La démolition de la première partie du bâtiment débutera aux environs du 1er aout 2021. Quant à la seconde, la transformation commencera vers le 1er janvier 2022.


L’association doit donc quitter les lieux. Elle devrait rejoindre un nouveau bâtiment de la Banque Alimentaire Namur Luxembourg à Suarlée en aout 2022 sous réserve de l’octroi du permis d’urbanisme et de l’avancement des travaux. Même si la perspective est heureuse, le délai pose un réel souci. VIVReS se retrouvera sans locaux pendant une période de 6 mois minimum.


Il serait inconcevable, inimaginable, inacceptable, alors que le nombre de bénéficiaires ne cesse d’augmenter, que cette association se retrouve à la rue, même pour une période de 6 mois.


Lors de la séance du conseil communal du 29 juin, j’ai porté à l’ordre du jour la question.


D’une part, j’ai voulu sensibiliser l’ensemble des conseiller.e.s à cette situation dramatique pour l’association mais aussi pour les bénéficiaires et d’autre part, j’ai demandé quelle solution concrète et viable pouvait être envisagée afin de permettre à cette association de poursuivre son travail. Pour le Groupe PS de la Ville de Namur, il est inimaginable de laisser l’ASBL sans local. La Ville pourrait, par exemple, chercher à mettre un bâtiment temporaire vide à disposition et permettre à l’association de continuer à venir en aide aux plus démunis !