#LeFuturEstFemme : Safia KESSAS

Dernière mise à jour : 30 avr.




Depuis le 11 mars, j’ai lancé un cycle de rencontres avec des femmes, qu’elles soient entrepreneures, héroïnes du quotidien, responsables d’institution publique ou d’organisme privé : #LeFuturEstFemme.


En effet, depuis 2 ans, en raison de la crise sanitaire et son lot de mesures restrictives de nos libertés, les contacts ont été extrêmement réduits et je ressens avec force le besoin d’élargir l’horizon, de pouvoir à nouveau échanger et dialoguer largement avec la population pour mieux appréhender les situations de vie, en particulier celles vécues par les femmes.


Souvent les discriminations subsistent, inconsciemment, sans vraiment que nous en comprenions pleinement la mesure. Ont-elles pu ressentir ces écueils au cours de leur enfance ou adolescence ? Ont-elles vécu des situations où les clichés sexistes ont freiné ou carrément bloqué leur évolution ? Les stéréotypes de genre ont-ils rendu certains moments au quotidien plus difficiles ? Qu’ont-elles pu mettre en place pour lever ces obstacles ? Dans leur univers professionnel, quel serait l'enjeu, le défi à relever, en matière d'égalité et d’équité ? Pouvons-nous y jouer un rôle et lequel ?


Voilà quelques-unes des questions que je souhaite poser à ces femmes d’aujourd’hui.


Pour la deuxième rencontre de ce cycle, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Safia Kessas, journaliste, autrice et réalisatrice de documentaires. Depuis 2017, elle est responsable de la cellule Diversité et Égalité au sein de la RTBF. Ce poste lui permet d’impulser une réflexion sur le manque de visibilité des minorités et des femmes au sein du média de service public. En 2019, elle lance l’initiative médiatique “Les Grenades”, qui donne la parole aux femmes sur des sujets qui touchent à l’égalité, au féminisme, à la diversité, à l’altérité. Son premier livre de chroniques, « Balance ta grenade », est sorti le 4 mars 2021.


Pendant notre petit déjeuner-débat, Safia Kessas était accompagnée de plusieurs de ses collègues féminines de la RTBF :


- Axelle Pollet : Spokesperson, Communication Corporate & Public Affairs ;

- Detchenma Smeesters : cheffe éditoriale de Tipik, radio & digital ;

- Sophie Gillet : productrice et réalisatrice ;

- Hélène Maquet : journaliste sur la Première.


Safia Kessas et ses collègues ont commencé par saluer le fait que, depuis quelques années, la représentation des femmes à l’écran a augmenté. La RTBF s’est ainsi engagée pour une diversité inclusive, en soulignant non pas les différences mais plutôt une certaine forme d’universalité au sein de son personnel : c’est-à-dire au fait que nous appartenons toutes et tous à un même ensemble, et que nous partageons les mêmes expériences.


“Les questions de diversité et d’égalité, c’est le regard que l’on porte sur l’autre.”


Par ailleurs, même si la diversité concernant le genre s’améliore, elles déplorent encore une stagnation au niveau du critère de l’origine ethnique.


Une des solutions pour ces cinq femmes est de sensibiliser aussi bien les hommes que les femmes à la dimension de genre, car ces dernières peuvent également reproduire les modèles sexistes de notre société patriarcale.


Safia Kessas souhaite également mener une action sur l’expertise des femmes. La journaliste constate qu’il est toujours plus compliqué de trouver des femmes expertes et témoins à interroger que des hommes. Celles-ci souffriraient du syndrome de l'imposteur et auraient besoin de se sentir plus préparées que les hommes avant de prendre la parole. Safia Kessas regrette également le manque de temps et de moyens financiers pour prospecter et élargir le panel d’expertes.


Elle souhaite donc développer des media-coachings, c’est-à-dire des journées où les expertes sont conseillées gratuitement et mises en confiance. Pour Safia Kessas et ses collègues, il est essentiel d’avoir des rôles-modèles féminins représentés dans les médias. Leur présence peut créer des vocations chez les femmes et participer à leur empowerment.


Au cours de cette matinée, nous avons abordé bien des sujets liés au statut de femmes au travail : les différences de traitement par rapport aux collègues masculins, les charges mentales, la posture d’humilité, la légitimité face à la hiérarchie, le male gaze...


Pour mes interlocutrices, il est essentiel que les médias prennent conscience de leur responsabilité pour avancer sur les questions de représentation, quitter le statu quo et ne plus véhiculer de stéréotypes sexistes. Il faut habituer le public à des sujets différents, à des voix féminines !


De cette rencontre très riche et de la multitude des sujets abordés, je retiens la nécessité pour les femmes de mener des actions concrètes, de faire en sorte que les choses changent.


Je tiens donc à remercier Safia Kessas, Axelle Pollet, Detchenma Smeesters, Sophie Gillet et Hélène Maquet pour la qualité de ce débat. Pour y donner suite, nous nous reverrons en juin, dans les locaux de la Chambre !


Restez connecté.es sur mes réseaux sociaux pour être tenu.es informé.es de la date de la prochaine rencontre.